Français

Mes Années à Louviers – Partie 3

Mon Unique Année Novice : « Les Marquises »
Saison 2006-2007

En Septembre 2006, Valérie a créé une équipe Novice de Division 2 (D2), nommé les Magic’Moz, regroupant une bonne partie de son équipe Juvénile de la saison précédente, et dont je faisais partie.

Les Magic’Moz 2006-2007.

Valérie m’a demandé si je pouvais aussi rester en Juvénile, en étant un des jokers. (Voir Article Précisions)
J’ai bien sûr accepté, car pour moi cela représenter une autre opportunité de faire ce que j’aime ainsi que de montrer une certaine reconnaissance envers mon entraîneur, qui faisait preuve de confiance envers moi.

Cependant, deux équipes n’étant pas suffisant, j’allais bientôt en intégrer une troisième!

En effet, après la French Cup 2007, l’équipe Novice D1 du club de Rouen, les Jeanne D’arc, ont perdu deux patineuses pour diverses raisons. Leur entraineur, Anne-Sophie Druet a alors appelé Valérie, son amie de longue date, pour savoir s’il était possible que deux patineuses de Louviers viennent remplacer les départs pour le reste de la saison et pour permettre à l’équipe d’avoir 17 patineuses.

L’une de mes coéquipières, Coralie, et moi-même avons été choisi par Valérie. Nous avons fait un essai un samedi soir, pour voir si nous étions capables de nous adapter et de suivre l’équipe et nous avons accepté.

Notre premier entrainement avec les Jeanne d’arc de Rouen fut mémorable. Nous avons eu le droit d’apprendre le programme de façon accélérée : nous avons été affectées à nos nouvelles places, la musique a commencé et il fallait suivre l’équipe sans même savoir les pas! Maude, qui était à côté de moi une bonne partie du programme m’a beaucoup aidé dans ce moment assez particulier et fut aussi l’une des premières personnes à me parler.

C’est devenu une histoire assez drôle et dans un sens, ça développe la capacité d’adaptation. Aussi, j’avais la chance d’être dans la même école que Camille, une autre patineuse de l’équipe et on en profitait pour m’apprendre les pas!

• 

En m’engageant avec les Jeanne D’arc, je me devais d’assurer pour notre première compétition. On avait moins d’un mois pour se préparer et en plus de ça, c’était une compétition internationale.

J’avais eu l’occasion avec mon équipe les Magic’Moz de faire une compétition à Huttwil en Suisse au mois de Janvier, mais cela n’avait rien de comparable à celle que j’allais vivre à Göteborg, en Suède.
C’est d’ailleurs en aidant les Jeanne d’arc que j’ai vécu ma première expérience en avion, ainsi que la peur de ne pas avoir de valise à la sortie. Elle est finalement arrivée plus tard dans la journée, avec mes patins! 

Cette première compétition était le Léon Lurje Trophy. A cette époque, elle était réservée à la catégorie Novice qui présentait deux fois leur programme sur deux jours de compétition.

Nous avons fait une première prestation plutôt bonne, cependant le lendemain, nous nous sommes laissés envahir par le stress et l’envie de faire encore mieux, si bien que nous avons eu 4 chutes dans le programme et par conséquent pas le meilleur des classements… 16ème sur 17.

Anecdote : Il m’a été raconté qu’Anne-Sophie avait appelé Valérie avant notre première performance en lui disant que j’étais toute blanche. Valérie lui aurait répondu : « Oui c’est normal, mais t’inquiète, elle va assurer! »
Merci Coach de la confiance! 😉
Cependant, je pense que même aujourd’hui c’est encore d’actualité!

Après cette déception, la joie du moment présent et l’envie de savourer chaque minute de cette expérience ont repris le dessus.

Ce qui m’aura le plus marqué, c’est la performance d’une équipe américaine. Lors de la deuxième journée de compétition, l’alarme incendie de la patinoire s’est déclenchée, alors que cette équipe était prête à monter sur la glace. À la place, elles se sont retrouvées en patin, dehors, à essayer de garder leur focus et à continuer d’être active. Au bout d’une bonne demi-heure, la compétition a repris et elles ont patiné un programme quasi parfait. C’était vraiment impressionnant!

On m’avait parlé de cette compétition comme une mini Coupe du Monde au niveau Novice et en y repensant c’est vraiment le sentiment que j’ai eu. C’était ma première expérience avec autant de nations présentes et je suis repartie avec des étoiles dans les yeux. J’avais déjà l’habitude de regarder la French Cup depuis 5 ans, mais voir des patineuses de mon âge avec ce niveau, j’avais moi aussi envie de faire plus, d’atteindre le niveau des meilleures équipes.

Je tenais absolument à recommencer et fréquenter ce nouveau monde qui venait de s’ouvrir à moi. Je faisais ce que j’aimais le plus au monde et en même temps je me découvrais une nouvelle passion : découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures.

Photos avec les Jeanne D’Arc de Rouen.

Avec mon engagement au sein de l’équipe de Rouen et la compétition en Suède, Valérie m’a conseillé de me consacrer seulement aux Magic’Moz et à mes quelques compétitions individuelles. Elle a donc demandé à une autre patineuse de me remplacer pour l’équipe Juvénile.

Avec les championnats de France de patinage synchronisé qui arrivaient, il semblait difficile de pouvoir patiner avec trois équipes en une seule journée de compétition: que ce soit pour gérer les entraînements officiels, les changements de tenues, de trouver un adulte pour s’occuper de moi et de mon horaire assez particulier, mais surtout et le plus important, gérer la fatigue que cela pouvait engendrer.

Pour se rendre à Lyon, lieu de la compétition, Coralie et moi avons fait le voyage avec le club de Rouen. Etant engagées en Novice D1, nous devions présenter à l’époque un programme court, comme les catégories Junior et Sénior, le samedi et notre programme long le dimanche.

N’ayant pas eu besoin de ce programme court pour le Léon Lurje Trophy, je n’ai eu à l’apprendre qu’après la compétition mais pas dans les mêmes conditions que la première fois. Ce programme ne fut utilisé que pour une seule compétition et n’avait pas été travaillé depuis, nous l’avons donc recommencé plus ou moins à zéro. La seule différence cette fois-ci, c’est que je partageais avec Coralie la même place dans le programme, ce qu’il voulait dire que seulement l’une d’entre nous patinerait le programme court.
Pour choisir laquelle d’entre nous aurait la chance de patiner, nous alternions à tour de rôle notre place dans le programme.
Ce fut la première fois que je me retrouvais dans une situation comme celle-ci, mais ça ne sera pas la dernière fois.

Je voulais vraiment patiner alors j’ai travaillé encore plus fort et j’ai eu la chance d’être choisie. J’étais contente mais dans un autre sens je culpabilisais un peu vis-à-vis de Coralie, car nous étions autant méritante l’une que l’autre. Mais c’est parfois la dure loi de notre sport, nous ne pouvons être que 16.

La journée du programme court fut assez spéciale pour mon expérience de patineuse.

Après la pratique officielle, Anne-Sophie a appris qu’un élément de notre programme n’était pas conforme au règlement. Alors durant l’échauffement avant la compétition, nous avons mis au point une stratégie pour créer un petit cercle de 4 patineuses au milieu de notre grand cercle. Après, il fallait s’arranger pour qu’elles récupèrent leurs places pour la suite du programme.

Notre premier essai devait être le bon, nous n’avions pas le droit à l’erreur. Malgré la pression et le stress du moment, le cercle fut en bonne partie une réussite même si c’est toujours mieux d’avoir le temps de travailler la constance d’un programme!

Nous étions deuxième après le programme court, à moins de 3 points de la première place. Autant dire que la motivation était au rendez-vous pour aller chercher le top du podium le lendemain.

Photo du Programme Court des Jeanne D’Arc.

Le dimanche fut une journée intense en émotions!  

Les deux entraînements officiels se sont enchaînés pour ensuite laisser place à la préparation de la compétition.

Avec Coralie, nous commencions la compétition avec les Jeanne D’arc, l’équipe de Rouen. On était vraiment décidée à aller chercher à la première place et nous avons vraiment patiné un excellent programme. Nous avons gagné le programme long! Cependant, notre retard accumulé sur le programme court ne nous a pas permis de repasser devant l’équipe de Compiègne.

Nous étions donc Vices-Championnes de France et c’était déjà une belle victoire.
C’était aussi la première fois que je gagnais ce titre!

Après notre prestation avec l’équipe de Rouen, nous devions nous dépêcher pour rejoindre celle de Louviers. Nous avions seulement le temps d’un surfaçage pour être prête. Il nous fallait changer de tenue, mais aussi de coiffure, passer d’une fausse queue de cheval à un chignon.

C’était un moment assez stressant, nous ne pouvions pas être en retard, mais finalement tout s’est bien déroulé.
Dans le vestiaire, nous avons même eu le temps de jouer la musique du programme pour se le remettre en tête, avant d’être de retour sur la glace.

Je me souviens de m’être placée pour le début du programme et d’avoir eu une sensation de déjà vu. J’ai pensé que c’était drôle, car il y a 20 minutes, j’étais déjà sur la glace pour patiner et là, je m’apprêtais à faire une autre performance.

Mon équipe avait maintenant la chance d’être encouragé par celle de Rouen, et de leurs supporteurs. J’entends encore les cris: « Allez Agathe! Allez Coralie! Allez Louviers! »
Cela faisait chaud au coeur de voir une vraie cohésion naître entre les deux clubs.

Nous avons fait un bon programme, sans chute et pour la première fois de la saison, nous avons battu l’équipe de Caen, nos principales rivales. Mais pour les Championnats de France, Compiègne avait aussi inscrit une équipe Novice D2, et ce sont eux qui ont gagné. Nous étions donc deuxième aussi.

Cependant, nous avons eu le droit à retournement de situation! 

L’équipe inscrite par Compiègne en Novice D2, se trouvait être les mêmes patineuses et le même programme que leur équipe Juvénile! (D’ailleurs, respect pour ça et pour avoir gagné dans les deux catégories à la base!)

Il y a donc eu une polémique à cause de cela et une décision a été prise : étant donné que l’équipe avait d’abord concouru dans la catégorie Juvénile, elle sera seulement disqualifiée dans la catégorie Novice D2.

Une annonce a donc été faite au micro, pendant que je profitais du reste de la compétition avec mon amie Camille des Jeanne d’Arc. Après avoir eu la confirmation que j’avais bien entendue, je suis partie en courant retrouver mon équipe.

Cette information venait de tout changer :
Nous étions Championnes de France!!!

Les 3 équipes de Louviers,
avec Valérie et notre Coupe!

Il m’aura donc fallu seulement trois ans avec mon équipe, pour conquérir l’un des titres les plus convoités de France!

Cette saison se finissait en apothéose, avec deux nouveaux titres, de nouvelles amitiés, mais surtout avec une certitude encore plus prononcée: j’avais hâte d’être à la saison prochaine pour renouveler cet exploit! 😉

2 réflexions au sujet de “Mes Années à Louviers – Partie 3”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s