Français

Team Synchro Energie – Partie 3

Nous n’étions pas encore parties pour la Coupe du Monde que j’avais l’impression d’être revenue avec la médaille d’or, bien que nous savions qu’elle était hors de portée.
En effet, cette qualification nous a propulsées dans un nouveau monde, de nouvelles portes s’ouvraient à nous. Nous avons été reçues à la mairie de Rouen, afin de nous féliciter pour notre performance. C’était un grand honneur et nous avons eu la chance de rencontrer la première femme élue maire de la ville, Valérie Fourneyron, qui en 2012 deviendra Ministre des Sports et de la Jeunesse.

Ce succès nous a aussi permis d’avoir notre premier sponsor : Mondor. Grâce à eux, nous avons eu de nouvelles tenues d’entrainement ainsi que des collants pour patiner. Pour moi, c’était Noël en Février.

Avec ces nouvelles tenues, nous pouvions aussi ajouter le manteau officiel de la Fédération Française des Sports de Glace, prêté pour l’occasion à l’équipe représentant la France. J’avoue que je l’aurais bien gardé: pour la première fois, nous avions un vêtement à l’effigie de notre fédération. De plus, j’avais enfin l’impression que nous étions considérées comme membre de l’équipe de France et c’était une vraie fierté de porter ce logo.

Cette qualification était aussi synonyme de médiatisation: France 3 Normandie, chaîne télévisée locale de la région commencera à réaliser plusieurs reportages sur nous, dont certains sont toujours en ligne sur Youtube.
Ils viendront en Suède avec nous, et j’apprendrais plus tard qu’ils suivront nos aventures pendant un an, jusqu’aux Championnats de France Elite à Tours, mi-Décembre 2010. Un reportage de 20 minutes sera par la suite diffusé sur leur chaine télévisé!

Nous attendions le retour à l’entrainement avec impatience. Tous les sacrifices, toutes les courbatures, les remises en question n’avaient plus d’importance face à ce que nous allions vivre: une Coupe du Monde! Nous avions un mois pour être prêtes, donc nous avons travaillé encore très dur, nous avons peaufiné les détails et corrigé les défauts. Nous voulions faire bonne impression, c’était notre principal enjeu.

Anecdote : Un jour, durant les vacances scolaires de Février, pendant notre stage intensif, Marine évoque l’idée de se faire percer le nombril. Il aura fallu 5 minutes pour que plusieurs d’entre nous veuillent le faire avec elle. Dont moi.
Alors j’ai commencé à en parler à ma mère et contre tout attente, elle avait plutôt l’air d’accord mais elle pensait que je n’aurais jamais le courage pour le faire. J’avais bien l’intention de lui prouver le contraire!
Les filles avaient prévu d’y aller le samedi, mais malheureusement j’avais une compétition de patinage artistique le dimanche, donc Marine m’a accompagné le mercredi. Je ne voulais pas le faire la veille de ma compétition, de peur que cela me gêne ou que mon focus ne soit pas à la bonne place.
Une fois là-bas, ça serait mentir de vous dire que je n’ai pas failli faire demi-tour! Mais je voulais gagner mon « pari » contre ma mère, et aujourd’hui je ne regrette pas, c’est comme un souvenir de cette année spéciale.
De plus, quand j’avais 8ans, j’avais dit à ma mère que je me ferai percer le nombril à 15ans… Promesse tenue!

Mercredi 10 Mars 2010, le début du rêve, le grand départ pour Göteborg. La moitié de l’équipe avait déjà eu la chance d’y aller en 2007, dont moi, quand j’ai patiné pour les Jeanne D’arc. (Voir article)
J’avais hâte d’y retourner afin de participer à ma première Coupe du Monde!

Une fois arrivées en Suède, les valises déposées dans l’hôtel officiel de la compétition, qui était juste sublime, nous avons pris la direction de la patinoire. Il était temps de découvrir le lieu de notre rêve. Cette patinoire avait beau m’impressionner, j’avais hâte de patiner de nouveau ici. L’endroit me semblait beaucoup plus grand que dans mes souvenirs mais c’était surtout mes premiers pas dans un événement aussi important et c’était excitant!

Nos premiers pas dans la patinoire de compétition.

Le jeudi, nous avons eu la chance de prendre le ferry pour nous rendre en centre-ville afin de visiter mais aussi pour acheter des souvenirs pendant notre shopping. Nous avons également eu un entrainement dans la journée pour être prêtes pour la compétition.
D’ailleurs, en fin d’après-midi, avait lieu le tirage au sort pour le programme court. Toutes les équipes se retrouvaient à la patinoire pour assister à la cérémonie. Les capitaines étaient sur la glace.
C’est certainement l’un des meilleurs tirages au sort auquel j’ai pu assister : quand la musique jouait, des patineuses déguisées en élan se mettaient à patiner jusqu’à ce que les capitaines attrapent l’une d’entre elles. Le numéro de passage était situé sous leur serre-tête qui portaient les bois d’élan!
Maintenant que nous connaissions notre ordre de passage, la compétition pouvait enfin commencer.

Vendredi 12 Mars 2010 ; Jour du Programme Court.

L’avantage d’être une équipe de 18, c’est qu’avec Marine nous étions juste deux dans notre chambre et il n’y avait pas de débat pour savoir qui allait dormir sur les canapés-lits. De plus, on avait beaucoup plus de place pour se préparer. Tenues, chignon, maquillage, clef de chambre: nous étions prêtes pour rejoindre l’équipe au petit-déjeuner.
Depuis toujours en compétition, le petit-déjeuner est le repas que je préfère! Mais aucun n’égalera celui-ci qui était varié et excellent! Nous étions aussi pressées de déjeuner que de patiner!

Mais bizarrement ce matin-là, c’était impressionnant de se retrouver, confronter à toutes ces équipes. Plus on avançait dans la semaine et plus je prenais conscience de l’ampleur de l’événement. C’était ce dont j’avais toujours rêvé.

En direction de la patinoire, pour notre pratique officielle,
en compagnie de France 3 Normandie.

Pour moi, notre entrainement officiel était correct, mais si on se fiait aux commentaires d’Anne-Sophie dans le reportage de France 3 Normandie, ce n’était pas du tout le cas!
Bien que ce soit important de faire bonne impression, la vraie compétition débutait l’après-midi. La priorité était de faire un bon programme court à ce moment-là.
En attendant, c’était analyse vidéo de l’entrainement, derniers conseils et repos avant de se maquiller, ou de se faire maquiller pour notre performance.

Les points les plus importants pour une bonne performance étaient présents: cohésion, ambiance et évidemment, esprit d’équipe. Nous avions gagné notre place pour être ici et nous étions maintenant prêtes à faire nos débuts officiels dans « la cour des grands. »
Bien sûr que nous étions stressées et que c’était impressionnant, mais notre envie de nous surpasser était encore plus grande. Malheureusement, 30 secondes après le début de notre programme, il y eut une chute. Bien que ce fût un peu déstabilisant, nous ne nous sommes pas laissées abattre. Il restait 2min10 de programme pour faire nos preuves, et c’est ce que nous avons fait. Le reste de notre programme fût exécuté sans erreur majeure.

Résultat: 15ème sur 20, avec 38,90 points, dont 2 points de déduction, l’une pour la chute, l’autre pour musique trop longue.
Petite déception, surtout quand on sait que nous avons déjà été sanctionnées pour notre musique à la French Cup et que les mesures prises ne furent pas suffisantes… Mais c’est comme si on s’habituait au fait que notre programme court nous réservait des surprises à chaque compétition. Alors encore une fois, nous comptions sur notre programme long pour finir sur une bonne note cette saison incroyable, et pourquoi pas gagner une place ou deux!

Samedi 13 Mars 2010 ; Jour du Programme Long.

Nouvelle journée, nouvelle bataille. Nous n’étions plus dans la découverte comme la veille, maintenant que nous savions à quoi nous attendre, nous étions encore plus déterminées. Notre programme long, c’était notre force, il était temps de le prouver une nouvelle fois.

Le déroulement de la journée était similaire à celle du programme court. On avait maintenant l’habitude que l’équipe de France 3 Normandie nous suive partout. Nos repères dans la patinoire et sur la glace étaient en place. Il nous restait qu’une seule chose à faire: profiter du moment présent et de notre dernière performance en compétition.

Avant de se diriger vers la piste, nous avons écouté une toute dernière fois notre musique. Placée en cercle entre Camille et Clara, main dans la main, je pouvais ressentir l’énergie et l’excitation de l’équipe. Nous étions dans la dernière ligne droite. Après l’attente dans le couloir et un dernier High Five avec Edwige, l’une de nos chaperons, c’était enfin pour nous le moment de patiner.

Après une dernière grande inspiration, la musique pouvait enfin commencer. Le compte à rebours pour notre dernière performance de la saison venait d’être lancé.
Cela se déroulait plutôt bien, je savais qu’on était en train de réaliser une bonne performance. Je ressentais la joie et l’enthousiasme de mes coéquipières. Cependant, 20 secondes de la fin, une chute. Petite frustration mais nous étions tout de même contente de notre programme.

Jusqu’au résultat… 16ème du programme long avec 62,22 points, dont deux points de déduction. L’une pour la chute, évidemment, et l’autre pour utilisation excessive de la glace sur un élément…
Nous avions même perdu une place au résultat final et terminions donc à la 16ème place sur 20.

Une douche froide. Une déception immense. Certaines pleureront même. Nous avions l’impression d’avoir laissées passer notre chance et de ne pas avoir forcément fait honneur à notre pays.
Cependant nous oublions juste une chose: c’était notre première Coupe du Monde, et nous venions de vivre un moment incroyable en tant qu’équipe. Ensemble, nous nous sommes battues et nous avons travaillé pour réaliser notre rêve. Nous n’avons pas eu le final escompté, mais notre saison n’en reste pas moins exceptionnelle.
Etant une battante, j’étais sûre d’une chose: j’aurai ma revanche l’année prochaine.
Pourtant, parfois la vie nous réserve des surprises…!

Pour finir sur une note un peu plus joyeuse, nous avions deux lots de consolation.
Le premier était de pouvoir regarder les plus grandes équipes junior, et plus particulièrement Les Suprêmes. Nous avions découvert leur programme long sur Scary Movie à la French Cup. Nous étions totalement fans, à tel point que malgré la déception, nous nous sommes dépêchées de rejoindre les gradins pour ne pas les manquer.
J’admirais aussi Fintastic, une des deux équipes finlandaises présentes, qui gagnera d’ailleurs la compétition. Elles patinaient après nous au programme court, et j’étais impressionnée par leur confiance en soi et leur patinage. Je me souviens encore du regard échangé avec une des patineuses avant que sa performance commence: il était intense et déterminé. J’espérais avoir cette confiance en moi un jour.

Le deuxième était la Team Party. Toutes les équipes participantes se retrouvaient pour passer la dernière soirée ensemble. C’était un moyen de se faire de nouvelles amies issues d’autres pays mais aussi de relâcher la pression après la compétition. Des mini-jeux étaient organisés, mais nous ne comprenions pas forcément toutes les instructions.
Par chance, il y avait Sarah, une patineuse des Black Diam’s la saison précédente, qui était en Suède pour continuer de réaliser ses rêves. Elle nous a donc aidées et c’était une vraie bénédiction de l’avoir avec nous!

Je me sens extrêmement chanceuse d’avoir vécu cette Coupe du Monde et cette saison pleine de rebondissements. Cette équipe a été exceptionnelle pour moi. C’est avec elle que j’ai concrétisé mes premiers rêves et que je me suis permise de rêver plus grand. Je vais avoir l’occasion de vivre d’autres moments incroyables avec mon sport, mais cette année-là aura toujours une place spéciale pour moi.

TSE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s