Français

La saison de la Réconciliation

Saison 2011-2012
Sognu de Amaury Vassilli – Rio

La saison précédente m’avait laissée un goût amer, j’étais un peu perdue. La seule chose que je savais : je ne voulais pas revivre une saison comme celle-ci, pleines de doutes, à ne pas me sentir à ma place. Malgré mon incertitude, Valérie et Anne-Sophie m’ont proposée de venir au stage du Mans pour m’aider à faire un choix: continuer ou arrêter l’aventure TSE.
Dans tous les cas, j’allais être présente pour m’entraîner en artistique avec le club de Louviers.

Elles avaient eu raison de me donner cette chance. Elles savaient que cela m’aiderait à prendre la bonne décision: Rester. En effet, le stage fut une révélation pour moi. J’avais beau avoir été déçue la saison précédente, je n’avais aucune envie d’arrêter la synchro et de quitter mon équipe.
Parfois, on peut se perdre un peu en chemin, mais l’important, c’est de se retrouver. Je me suis sentie coupable d’avoir doutée de mon équipe, mais depuis ce moment-là, je me suis promise que cela n’arriverait plus. Je vouerai corps et âme à mon équipe et je ferai en sorte d’être un membre essentiel pour que l’on réalise nos rêves.

Anecdote: Durant ce stage, un temps de repos (sieste) était prévu dans l’après-midi. Avec Camille, nous n’avions pas l’intention de dormir, alors tous les jours, nous regardions les clips à la télévision.
Le vendredi, sur la musique Lazy Song de Bruno Mars, nous avons dansé la chorégraphie pour nos quelques spectateurs présents dans la chambre. A la fin de la semaine, nous avons été qualifiées de petits démons infatigables!

Nous sommes adorables, n’est-ce pas?

Pour cette saison, nous avions 3 compétitions sélectionnées par la Fédération pour le chemin de qualification aux Championnats du Monde qui avait lieu à Göteborg, en Suède. Pour nous départager en cas d’égalité, le système de coefficient sur les compétitions avait été maintenu. Nous devions ainsi faire nos preuves:
– Aux Masters, à Lyon, mi-Novembre,
– Aux Championnats de France Elite, à Dammarie-les-Lys, mi-Décembre,
– A la Spring Cup, à Milan, en Italie, mi-Février.

De plus, une nouvelle équipe Senior venait de rejoindre la compétition : Ex’l Ice, originaire de Paris. Désormais, nous étions 4 équipes à vouloir se battre pour une qualification aux Mondes. Une seule équipe sera sélectionnée, la bataille allait être rude!

Avant notre première compétition, nous avons eu 3 jours de stage pendant nos vacances scolaires d’Octobre. La Ligue de Normandie avait fait venir pour l’occasion l’entraîneur des Suprêmes Junior et Senior, Marilyn Langlois. Plus tard, j’apprendrai que c’était sa première année en tant qu’entraîneur de l’équipe Sénior. Ce fut ma première rencontre avec elle, et loin d’être la dernière…

Dans tous les cas, nous avions une chance et une opportunité énorme : nous allions apprendre de l’une des meilleures au Canada mais aussi du Monde, et c’était un atout considérable avant notre premier grand rendez-vous.
Pour moi, c’était un rêve éveillé. Je rencontrais l’entraîneur de mon équipe coup de cœur de 2010. J’étais impressionnée et j’avais des étoiles dans les yeux.

Valérie et Anne-Sophie lui avaient demandée de regarder nos programmes, de les améliorer au besoin, faire ce qui était nécessaire pour gagner. Pour nous, elle avait adopté la stratégie de Valérie: simplifier les niveaux du programme pour s’assurer de les valider tout en misant sur la qualité d’exécution et donc aller chercher nos points sur les GOE (Grade of Execution). Une technique intelligente pour une équipe qui se situe en milieu/bas de tableau mondial, mais inenvisageable pour faire partie de l’élite. Avec elle, notre programme long était enfin terminé.
En seulement 3 jours, nous avions connu une grosse progression et nous nous sentions prêtes pour les Masters. En plus, nous avions maintenant de nouveaux exercices pour améliorer notre qualité de patinage.

La première compétition de la saison est toujours la plus excitante, particulièrement depuis que j’étais Senior. J’adorais le fait que l’on soit plusieurs équipes à se battre pour une place, j’avais hâte de découvrir les thèmes et les programmes de la concurrence, mais surtout de comparer et d’évaluer notre travail.
Étions-nous dans la course pour la qualification? Gagnerons-nous la première manche?

Nous avons eu une bonne performance pour notre programme court, sans grosse erreur majeure. Quelques petits défauts d’alignement et de lignes droites, mais l’ensemble était bien réussi. Nous étions deuxième, ce qui était plutôt honorable.
En revanche, les Masters ont marqué le retour en force des Zoulous. Elles se sont imposées avec leur programme court et ont pris la première place du classement provisoire. Une sacrée progression vue comment la saison précédente s’était terminée.
La plus grande surprise revenait aux Atlantides. L’équipe avait été imbattable la saison passée, et se retrouvait maintenant à la troisième place. Le lancement de cette saison était pleins de rebondissements et s’annonçait palpitant!

Notre programme long connaîtra plus de péripéties! Je blâme la superstition!
En effet, avec Alicia, nous avions un rituel : étant placées en première ligne au début du programme, nous nous échangions un regard à chaque fois que nous étions en position pour commencer le programme long. Malheureusement, pour la compétition, nous nous sommes manquées! En plus c’est de ma faute : dans l’euphorie et l’adrénaline du moment, j’ai un peu oublié, et quand je m’en suis rappelée, il était trop tard…
Je me suis dit que ce n’était pas grave, que tout se passera bien quand même : je suis tombée dans le croisement en angle et Alicia dans le bloc… A la fin de notre performance, nous nous sommes mutuellement dites que plus jamais nous ne manquerions notre petit moment. C’est devenu notre superstition.
Durant mes 5 années de TSE, ce sera ma seule chute en compétition.

Malgré tout, même avec ces deux chutes, nous conservions la 2ème place! Pour moi, elle avait comme un goût de victoire. Avec les TSE, je venais de battre les Atlantides, une équipe que j’admirais depuis longtemps. Aussi, bien que Zoulous m’avait impressionnée et qu’il y avait beaucoup de points à aller chercher pour espérer leur prendre leur 1ère place, cette compétition était très encourageante pour la suite de la saison. J’avais hâte de retourner à l’entraînement pour aller chercher notre première victoire!

Avec Alicia,
Et notre Coupe spéciale « baptême de nos chutes! »

Après les Masters, nous avons eu un deuxième stage de ligue, mais cette fois-ci, à Dunkerque. Ce fut une opportunité pour nous ainsi que pour les autres équipes de travailler avec de nouveaux intervenants.
Je n’ai pas forcément gardé un bon souvenir de ce stage, mais j’y ai retenu deux points positifs:
Le premier, renforcer une cohésion avec les équipes du club de Louviers et de Rouen, car c’est l’avenir et la relève de la TSE.
Le deuxième, c’était de patiner dans une nouvelle patinoire.

En effet, j’étais déjà venue à la patinoire de Dunkerque en 2009, mais en tant que supporter des équipes de Louviers pour les Championnats de France, (Je pense d’ailleurs que j’avais été un peu fatigante… Désolée) mais je n’avais pas eu l’occasion d’y patiner. Un drame quand à l’époque, mon but était de patiner dans le plus de patinoires de France possible!

Ce dont je me souviens parfaitement par contre, c’est à quel point il faisait froid dans la ville mais aussi dans la patinoire!
C’était similaire au le froid glacial de la patinoire de Louviers!

Nous entamions la dernière ligne droite de notre préparation aux Championnats de France quand un événement malheureux s’est produit. A une semaine de notre départ, l’équipe a dû affronter une épreuve à laquelle elle ne s’attendait certainement pas et dont personne n’est préparé dans la vie : notre entraîneur, Anne-Sophie, a eu un infarctus…
C’était un choc et une grosse frayeur. Heureusement, ce fut plus de peur que de mal : malgré tout, elle a été chanceuse et elle s’en est bien sortie.
Ce qui était sûr, c’est qu’elle ne pourrait pas nous accompagner à Dammarie-les-Lys, et qu’elle serait absente pendant plusieurs semaines. La santé passe avant tout, mais nous patinerons et nous penserons fort à elle. Nous étions déterminés à lui ramener le titre!

Dans l’enceinte de la patinoire, Anne-Sophie était mon entraîneur, mais en dehors c’était aussi une amie de la famille. Nous avions passé Noël 2010 ensemble, elle m’a même offert un ours en peluche, nommé Oscar, et qui est encore aujourd’hui au Canada avec moi.
Anecdote : En 2007, quand je suis allée renforcer son équipe Novice (Voir Article), elle me trouvait trop gentille et m’avait demandée de l’insulter pour faire ressortir ma personnalité! J’étais choquée et je n’en ai pas été capable : j’ai beaucoup trop de respect pour mes entraîneurs!

Malgré la joie d’être en compétition et le fait que nous faisions bonne figure, une ambiance étrange régnait autour de l’équipe. Valérie faisait son maximum pour nous dans cette situation assez délicate. Cette envie de bien faire, liée aux derniers événements et au stress de la compétition ont fait que les nerfs ont lâché : l’une de mes coéquipières a fondu en larmes 10 minutes avant d’embarquer sur la glace.
J’avoue ne pas avoir compris cette réaction sur le moment, mais maintenant je me rends compte qu’à 17 ans, je traversais déjà les épreuves de la vie comme un soldat, un « robot sans cœur. » Je savais comment ranger mes émotions dans une boîte pour qu’elles ne m’affectent pas. En général, c’est très utile, mais parfois, je peux passer pour une sans cœur…

Notre programme court ne sera ni bon ni mauvais, et nous avons eu une chute. Nous étions donc 3ème au classement provisoire, mais nous avions l’intention de nous rattraper avec le programme long. Cette saison, nous savions que c’était notre force.

Malheureusement, ce ne fut pas notre compétition. Avant la moitié de notre performance, notre programme est entaché de 2 chutes. La première entraînant la deuxième. Malgré notre deuxième place au programme long, cela ne sera pas suffisant pour remonter dans le classement. Nous terminons donc ces Championnats de France à la troisième place.
Forcément, j’étais déçue, mais au vu des circonstances et de nos performances qui n’étaient pas à leur meilleur, j’estimais que nous n’étions pas à notre place: nous étions faits pour être deuxième. Malheureusement, c’est la loi du sport mais j’attendais avec impatience la French Cup pour la « revanche » et prouver que ma théorie était véridique.

Avant la French Cup, nous avons participé aux Interligues, qui avait lieu à Rouen.
C’était pour nous une occasion de voir si notre travail avait porté ses fruits, si nous étions prêtes pour notre prochaine échéance, se concentrer sur les derniers détails pour faire la différence, mais surtout, pour exprimer notre Amour à Anne-So. Nous avions hâte de retrouver la deuxième moitié de notre binôme de choc.

La French Cup 2012 fut remplie d’émotions contradictoires, de vraies montagnes russes.
Pour commencer, nous avions la chance de retrouver Anne-Sophie, même si elle n’était pas tout le temps avec nous. Ensuite, malgré un programme court correct avec une chute, le résultat n’était pas au rendez-vous : nous obtenions un total de 27,78 points… Grosse déception mais aussi frayeur: la nouvelle équipe Ex’l Ice avait obtenu 27,38 points, ils étaient derrière nous à seulement 0,40 point!
Atlantides était deuxième équipe française avec un total de 31,52 points et Zoulous avait pris son envol avec 35,12 points. Il était impensable de pouvoir rattraper notre retard avec Zoulous, mais j’avais l’intention de reconquérir la deuxième place française. Notre compétition était entre les équipes françaises, je savais bien qu’il était impossible d’atteindre le podium de la French Cup!

Anecdote: Lors du Kiss and Cry du programme court, nous avons eu la chance de rencontrer le ténor rouennais, Amaury Vassili, l’interprète de notre musique. Cette rencontre ne me marquera pas plus que cela, et ce fut réciproque.

Avec Amaury Vassili, interprète de « Sognu », notre musique du programme court.

La journée du programme court était derrière nous, il nous fallait maintenant nous concentrer sur le long. Malgré la pression, nous étions déterminés à donner le meilleur de nous-mêmes et ce fut mission réussie. Notre programme avait été à la hauteur de nos espérances.

Nous savions que les Atlantides avait obtenu un score de 64,34 points au programme long, alors lorsque nous avons entendu que notre pointage était de 68,80 points, nous ne pouvions pas nous empêcher d’y croire…
Notre écart de points au programme court était conséquent. Avions-nous réussi notre remontée, ou avions-nous seulement réduit notre écart?
Atlantides avait un score final de 95,86 points. Nous étions en attente : « La Team Synchro Energie a obtenu un score total de 96,52 points. » Explosion de joie sur le Kiss and Cry, nous venions de regagner « notre » deuxième place française!
Ex’l Ice avait obtenu 76,26 points et Zoulous avait pris leur envol, avec le bonus de patiner dans le deuxième groupe. Ils ont terminé la compétition avec 108,06 points.

Même si j’avais toujours l’ambition de finir première équipe française, j’étais assez réaliste pour me rendre compte que les Zoulous étaient meilleurs que nous et surtout, intouchables. J’étais déjà heureuse d’avoir retrouvée cette deuxième place après une contre-performance aux Championnats de France.

Cette French Cup marquera aussi une innovation durant 2 ans. En effet, les équipes françaises engagées sur le chemin de Sélection aux Championnats du Monde, faisaient aussi partie du circuit du Championnat de France Senior D1. C’est-à-dire qu’en plus des Championnats de France Élite, nous pouvions aussi gagner un titre de Champions de France en fonction de notre classement lors de nos trois compétitions de sélection.
Sans surprise, avec 3 victoires, le titre revenait aux Zoulous. Grâce à notre deuxième place française à la French Cup, nous terminons Vice-Champions de France D1, Atlantides à la 3ème place puis Ex’l Ice à la quatrième. Ce système était assez special et pour ma part, assez inutile. Seul point positif: nous étions à la place que j’estimais la nôtre depuis le début.

Ce podium a eu lieu en même temps que le podium Senior de la French Cup! Il y avait deux aspects à participer à ce podium:
1. C’était inapproprié de le faire à ce moment-là, tout le monde se demandait ce qu’il se passait et ils avaient bien raison.
2. C’était quand même cool de participer à ce podium. A défaut de ne pas gagner une médaille de la French Cup, on se retrouvait à côté des meilleures équipes mondiales. Cependant, je n’avais pas envie d’être à côté des meilleures, je voulais leur place. Je voulais être elles.
En attendant que cela arrive peut-être un jour, nous avons profité de l’occasion pour prendre une photo avec Team Unique de Finlande, et surtout avec Paradise, venant de Russie, dont j’étais totalement fan de leur programme long sur Moulin Rouge! J’avais des étoiles plein les yeux, c’est aussi ça, la magie de la French Cup!

Avec Anne-Sophie, lors du podium.
Ce n’était pas encore son retour officiel, mais sa présence était rassurante:
Elle était sur la bonne voie!

Après la French Cup, c’était déjà le temps de retourner à l’entraînement pour se préparer à notre dernière compétition de la saison : la Spring Cup, à Milan, en Italie.
Même si j’avais déjà été en Italie par le passé, ce n’était pas pour participer à la Spring Cup. J’avais toujours eu envie d’y participer, alors j’étais contente de réaliser un nouveau désir. En effet, l’un de mes objectifs à cette époque, était de participer à toutes les compétitions internationales : après celle-ci, il me manquait seulement la Mozart Cup, en Autriche.
C’était mon regret de la saison précédente : ne pas partir en compétition internationale. Même si nous avions participé à la French Cup, c’est différent car la compétition a lieu en France, chez nous, dans notre patinoire.

« L’équipe des écharpes rouges! »

Sans surprise, notre programme court, bien que ce fut une performance correcte, nous place troisième équipe française… Ce programme aura vraiment été le point faible de notre saison. Cependant, nous avions obtenu 32,94 points, ce qui était une grosse progression en deux semaines. Juste pour cela, nous étions quand même contents. Atlantides avait 33,39 points et Zoulous 34,05 points. Ex’l Ice ne participait pas à la compétition.
Nous savons que nous ferions mieux avec notre programme long, mais c’était vraiment dommage de devoir toujours compenser. De plus, la bataille allait être difficile : nous étions la première équipe sénior sur glace et les deux autres équipes françaises se trouvaient dans le deuxième groupe… Le pré-classement du programme court et le tirage au sort du programme long, nous faisaient défaut, mais nous n’avions pas l’intention de nous laisser abattre!

Anecdote : Durant l’échauffement en hors-glace, Valérie nous annonce qu’il y a des problèmes avec la lumière de la patinoire. En effet, pendant qu’une équipe junior était sur la glace, la lumière s’est éteinte subitement! Elle nous a conseillé sur comment réagir si cela arrive, mais par chance, nous n’avons eu aucun problème!


Cependant, je n’étais pas totalement sereine pour notre performance du programme long. En effet, entre la French Cup et la Spring Cup, nous avions dû faire des mini changements et remplacer des patineuses. A cause de l’école, elles devaient rentrer plus tôt en France.
Pour cela, elles prenaient l’avion le samedi soir, et nous ne savions pas si elles seraient en mesure de patiner le programme long à cause du tirage au sort.
Au final, nous ouvrions la compétition et elles auraient pu patiner, mais c’était trop tard pour faire machine arrière. C’était un peu déstabilisant d’avoir fait des changements mais j’avais confiance en mes coéquipières. De toute façon, ne nous jouions plus notre qualification aux Mondes, n’est-ce pas? Si j’avais su…

En effet, malgré nos différents désavantages, nous obtenions un score total de 100,61 points et nous avons remonté deux équipes patinant dans le deuxième groupe, c’était un vrai exploit! Mais surtout, avec une vraie surprise!
Nous savions que Atlantides avait obtenu un score total de 102,99 points, et nous étions dans les gradins pour regarder leur performance, ainsi que celle de Zoulous. En entendant les scores, nous avons remarqué que nous les avions battus au programme long!! Leur score total était de 100,56 points… Nous venons de battre Zoulous par 0,05 points!! Ce fut une explosion de joie!

Nous venions de réaliser l’impossible mais surtout nous avons été vraiment proches de notre objectif : la qualification aux Championnats du Monde. En effet, si nous avions terminé deuxième aux Championnats de France en Décembre, avec le système des coefficients à chaque compétition, nous aurions été qualifiés pour les Mondes… Nous étions tellement proches. C’était rageant mais aussi encourageant!

Avec Valérie

En tout cas, notre programme long avait fait sensation et bien qu’on soit une équipe issue du bas de tableau, les spectateurs parlaient de nous. Quelqu’un a aussi dit à Valérie que c’était dommage d’avoir été la première équipe en lice car autrement, nous aurions certainement connu un meilleur classement…!
En effet, nous avons remonté deux équipes du deuxième groupe, et pour réussir cela, c’est que nous avons dû faire bonne impression aux juges!

Nous finirons la saison par une dernière compétition, en France, à Caen. Nous avons été accueilli comme des « vedettes ». En présentation pour notre entrée sur glace, notre neuvième place à la Spring Cup. Nous étions fières!

Pour moi, la Spring Cup 2012 fut la meilleure performance de la TSE, toutes années confondues, malgré un bloc pivot plutôt difficile. Grâce à cette saison et cette compétition, mon Amour de la synchro est remontée en flèche. C’est certainement l’un de mes souvenirs préférés avec la TSE, et il a clairement sa place dans mon classement de mes meilleures compétitions. Nous avons eu de bonnes performances et l’osmose qu’il y avait dans l’équipe était incroyable.

Nous avions été tellement proches de la qualification aux Mondiaux que j’étais décidée d’emmener mon équipe au sommet. Il n’était plus question de douter, notre temps arrivait enfin, la saison prochaine serait la nôtre! J’étais prête.

La TSE 2011-2012

Notre performance du long à Milan,
Lors de la Spring Cup 2012

1 réflexion au sujet de “La saison de la Réconciliation”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s