Français

La Dernière Chance

Saison 2012-2013
The Artist – Jungles

La Spring Cup 2012 avait été, à cet instant de ma carrière, ma meilleure compétition de patinage synchronisé. Ces moments partagés m’avaient laissée espérer le meilleur pour cette nouvelle saison: c’était cette année ou jamais.
Les Championnats du Monde 2013 avait lieu à Boston, aux Etats-Unis, et je mourrais d’envie d’y participer. Premièrement, car ce sont les Mondiaux, mais aussi parce qu’ils avaient lieu aux Etats-Unis, un pays, voire même un continent où je n’avais jamais mis les pieds.
Pour se qualifier, le système de coefficient à chaque compétition était toujours en place, et nous devions participer à 3 compétitions choisies par la Fédération Française des Sports de Glace:
– Les Masters, mi-Novembre, à Compiègne
– Les Championnats de France Elite, mi-Décembre, à Strasbourg
– La French Cup, début Février, à Rouen.

Pour la seconde année consécutive, nous étions encore 4 équipes françaises à se battre pour la qualification : Les Zoulous, Atlantides, Ex’l Ice et nous.

Team Synchro Energie 2012-2013

Pour la première fois en 8 ans, depuis que j’avais choisi que le patinage serait ma ligne de conduite, je m’étais octroyée des vacances, tout en manquant le début du stage de reprise de Synchro. Ça m’a beaucoup coûté mentalement, d’accepter ce « sacrifice », mais j’avais tellement hâte de patiner à mon retour que j’espérais bien donner un peu plus de motivation à l’équipe!
En effet, j’étais partie une quinzaine de jours en Corse, avec la famille de mon petit ami de l’époque, Ydriss. Nous avons pris le bateau le jeudi soir, pendant toute la nuit, pour rejoindre la France métropolitaine. Arrivée vers 7h à Marseille, nous avons passé la journée dans la voiture pour rejoindre Rouen (Environ 8h30 de trajet).
Durant la dernière heure de route, je passais mon temps à surveiller l’heure car je n’avais qu’un seul objectif : rentrer assez tôt pour aller rejoindre mon équipe et patiner. A tel point que je voulais pratiquement expédier la famille d’Ydriss, qui discutait autour d’un café avec ma mère pour filer à la patinoire. Elle a dû me lancer plusieurs regards noirs pour que je prenne mon mal en patience et que j’arrête d’être irrespectueuse et ingrate… Finalement, 45 minutes plus tard, j’avais gain de cause!

Une fois à la patinoire, j’étais heureuse de revoir mes amis, mon équipe. J’ai eu le temps de faire une rencontre rapide des nouveaux patineurs avant de me rendre au vestiaire des entraîneurs. Ma mère voulait que je demande l’autorisation de patiner avant de monter sur la glace. Hallelujah, ma requête a été acceptée!
Je commençais à refermer la porte quand d’un coup Valérie m’a demandé: « Mais attends, tu viens de rentrer aujourd’hui de Paris en voiture? »
« Non, de Marseille. » Ai-je répondu en fermant la porte. Je venais de traverser la France en voiture, et je ne voulais pas leur donner l’occasion de changer d’avis! Cependant, j’ai eu le temps d’apercevoir leur sourire: « Il n’y a qu’Agathe pour faire ça… »
Tout à fait. Deux ans plus tôt, après un voyage scolaire en Espagne et un retour qui a duré 16h en autobus, j’étais en train de faire des doubles sauts sur la glace de Louviers, 45 minutes après mon arrivée. Ma mère m’avait préparé mon sac de patinage pour que je me change dans la voiture!

C’est aussi de cette façon-là que j’ai rencontré le nouvel entraîneur de danse sur glace de Rouen, Martial, qui interviendra de temps en temps pour aider l’équipe.
Notre saison avait repris le 20 Août, le 24 pour moi, et nous étions en plein montage de programmes, ce qui était plus tard qu’à l’accoutumé.
En tout cas, à peine le pied posé sur la glace que je retrouvais mes repères. J’observais ce que mon équipe avait créé et j’apprenais mes nouveaux pas en même temps. En 2 minutes, j’avais rattrapé mon retard.

Le 22 Septembre 2012, avait lieu le Forum des Associations à Rouen. C’était un événement qui permettait, chaque année, de promouvoir le sport dans la ville et pour nous, plus particulièrement le patinage synchronisé. Nous avons fait une démonstration de nos chorégraphies d’échauffement que nous faisions en hors glace, sur une mini estrade, devant la Cathédrale Notre-Dame de Rouen. Autant dire la place la plus fréquentée de la ville. C’était une expérience vraiment amusante mais aussi étrange vu que nous ne patinions pas.

En Octobre, nous avons participé à un regroupement synchro avec les autres clubs de patinage synchronisé issus de la Normandie et du Nord-Pas-de-Calais. Pour l’occasion, et pour la deuxième année consécutive, la Ligue de Normandie avait fait appel à Marilyn Langlois pour encadrer ce séminaire.
De plus, elle est restée plus longtemps spécialement pour nous entraîner. Pour la TSE, c’était une occasion en or.

Marilyn a apporté beaucoup de modifications dans nos programmes. Valérie et Anne-Sophie lui ont demandé de ne pas changer les places, de faire en sorte que malgré tout, nous retrouvons notre place initiale dans la chorégraphie. Elle accepta, mais fera quand même ce qu’elle veut. J’adore.
Dans le programme court, elle nous a modifié seulement quelques pas ici et là. Il y a eu des changements plus conséquents en ce qui concerne le programme long. D’ailleurs, elle nous a appris la même formation pour nos arabesques que pour les Suprêmes Sénior. La classe!

Anecdote : Amaury, l’un de mes nouveaux coéquipiers, était en train de me parler pendant que Marilyn nous donnait une correction. D’un coup, elle s’est arrêtée de parler et elle nous regardait. Son regard voulait tout dire, elle attendait que l’on se taise pour continuer son explication. Je me suis sentie rougir et être mal à l’aise : je ne voulais plus jamais que cela arrive! Mission réussie!

En tout cas, en une semaine d’entraînement avec elle, nous avons énormément progressé. Je n’ose même pas imaginer le résultat que nous pourrions avoir, en terme de points mais aussi de patinage, si nous l’avions eu toute l’année!
Avec ces changements et les difficultés apportés aux programmes, nous étions prêts pour la 1ère compétition!

Notre première compétition de la saison était les Masters et c’était maintenant au tour de la ville de Compiègne d’organiser la compétition. Pour l’occasion, notre professeur de théâtre, Nicolas, a offert à l’équipe deux peluches comme porte-bonheur: l’une a été surnommée « Fly-Panda » et l’autre « Nicoppotame », en son honneur. Elles venaient avec nous à chaque compétition, et nous avions même un rituel avec les peluches avant d’embarquer sur la glace.

Pour notre première fois, nous avons effectué une bonne performance lors de notre programme court. Malheureusement, nous étions en troisième position avec 36,55 points. C’était une petite déception. Ce sont les Atlantides qui ont accroché la première place avec 41,74 points et les Zoulous étaient deuxième avec 40,13 points. Ex’l Ice était en quatrième place avec 32,39 points. Cela se voyait que l’équipe avait travaillé fort et était en pleine progression.
L’écart de points était tout de même assez important, il allait être difficile de prendre la première place. Le Chemin de Sélection aux Championnats du Monde commençait plutôt mal pour la TSE. De plus, notre programme court ne fut pas tant apprécié des juges… Une chose était sûre, nous aurions des changements à faire en rentrant.

Après le petit coup de mou de la vieille, une nouvelle journée commençait pour une nouvelle bataille! Il était temps de présenter notre nouveau programme long. Comme notre entraînement officiel était dans l’après-midi, nous avons mangé avant. Nous étions au Buffalo Grill, un restaurant avec une ambiance cow-boy et chaque membre de l’équipe, ainsi que quelques-uns de nos supporters sont repartis avec un chapeau en papier qui ressemblait à une coiffe de chef de tribu indienne. Nous les portions même en bord de piste, en attendant d’embarquer sur la glace pour notre pratique. Le public présent nous a regardé avec de grands yeux étonnés mais nous avions estimé que nous n’avions plus rien à perdre. Il nous restait donc qu’une chose à faire : profiter de la journée et surtout, s’amuser!

L’équipe précédente avait terminé et était déjà sortie de glace. C’était donc à notre tour d’embarquer sur la glace pour notre pratique officielle. Alors que huit patineurs de l’équipe était sur la glace, le panel nous a demandé de ressortir. Nous étions en avance sur l’horaire… Allez, hop, on recommence!

Bien sûr, je faisais partie des chanceuses qui ont eu le droit de ressortir…

Après ces petites anecdotes de la journée, il était enfin temps de se préparer pour la compétition! Nous avons effectué une bonne performance de notre programme long. Nous avons obtenu 76,74 points pour notre programme long. C’était un pointage honorable et nous étions contents de nous. Il nous restait encore à attendre les performances des Atlantides et des Zoulous.
J’aime les belles victoires! Les deux équipes ont réalisé de belles performances, mais nous avons obtenu le meilleur score au programme long! C’était une grosse surprise pour nous! Les trois premières équipes étaient chacune séparées d’un point: Zoulous gagne la compétition avec 114,80 points, en ayant gagné aucun des deux programmes. Nous terminons à la deuxième place avec 113,29 points et Atlantides troisième avec 112,77 points!
Des scores tellement proches que j’ai eu de faux espoirs. Je pensais vraiment qu’on allait gagner cette fois-ci. Cependant, cela restait encourageant pour la suite: tout était possible!

Retour à la maison, nous avions un mois pour nous préparer aux Championnats de France Elite et ainsi, gagner le titre. C’était limite mon plus grand rêve: gagner cette compétition. Puisque cela signifiait être la meilleure équipe de France, spécialement au niveau sénior. En junior, même si on gagne le titre, les Seniors restent meilleurs que nous, là, ce n’était pas le cas. Nous étions déterminés à gagner.
Pour cela, nous avons mis toutes les chances de notre côté: dès notre retour de Compiègne, voire même déjà sur le chemin du retour, une décision a été prise. Nous changerions la première partie de notre musique du court. Au revoir une partie de The Artist, bonjour « Cell Block Tango » de Chicago pour être plus matures.

Je n’étais pas vraiment convaincue par ce changement, pour moi, on était en train de perdre un temps précieux. Nous devions retravailler toute la première partie de notre programme sur une nouvelle musique alors que nous aurions pu utiliser ce temps-là pour travailler la technique de nos éléments pour les valider. De plus, cette nouvelle musique ne me parlait pas, c’était un changement difficile à accepter. Il fallait s’approprier une nouvelle musique.
Cela s’est ressenti à Strasbourg, lors des Championnats de France. Après le programme court, nous étions encore une fois à la troisième place, si bien que certains d’entre nous se sont interrogés sur cette décision: Pourquoi avoir changé de musique?
Nous n’avions gagné qu’un seul point et demi par rapport à la précédente compétition. Notre score était de 38,02 points, Atlantides était deuxième avec 39,57 points, et Zoulous avait pris la tête du classement avec 42,60 points. Ex’l Ice quant à eux, était quatrième avec 36,56 points.

La bataille sera rude, mais nous espérions bien aller chercher cette première place, qui encore une fois, était en train de nous échapper. En attendant, nous profitions de la soirée pour regarder le reste de la compétition.



Pour la première fois, ces Championnats incluaient la présence de deux nouvelles disciplines : le ballet sur glace ainsi que le patinage de vitesse. Ce nouveau vent de fraîcheur était agréable ainsi que synonyme d’un grand pas pour eux au sein de la fédération: ils étaient en train de gagner en reconnaissance.

Pour nous, notre programme long était notre force: nous avons terminé deuxième aux Masters grâce à lui ainsi que la première place au long. On espérait faire la même chose et même mieux. Comme à l’habitude lors de cette compétition, la patinoire était trop petite pour accueillir tout le monde, si bien que les 4 équipes se partageaient un grand vestiaire. Cependant, avant notre performance Anne-So a tenu à nous emmener à l’écart pour recentrer notre concentration. Nous nous sommes regroupés près du vestiaire des patineurs de vitesse pour un dernier discours de motivation avant de patiner. Ce dont je me souviens? Pas grand chose à vrai dire mais certainement quelque chose comme « Il faut tout donner, on va chercher le titre! » Mais ça, je le savais déjà. J’étais plus intéressée par les patineurs de vitesse qui se trouvaient plus loin, tout simplement car je n’avais pas besoin qu’on me rappelle ce que je devais faire et qu’écouter me stressais plus qu’autre chose. J’avais besoin de porter mon focus sur autre chose l’espace d’un instant. Puis avec tout le brouhaha, j’avais du mal à entendre.
J’étais déjà prête à aller à la guerre, j’avais le même regard déterminé qu’Anne-Sophie.

Je ne me rappelle plus de l’ordre de passage, mais j’ai un vague souvenir que Zoulous patinait après nous. Ex’l Ice avait obtenu un score total de 102,52 et Atlantides de 111,25 points. Avec notre bon programme long et nos 77,74 points, nous terminons avec un total de 115,76 points. Mais ce ne fut pas suffisant, Zoulous obtiendra 78,99 points pour un total de 121,69 points. Nous étions encore une fois deuxième…

J’étais blasée. Pour moi, c’était terminé. Zoulous était qualifié, nous n’irons toujours pas aux Championnats du Monde cette année. Quand j’ai osé le dire à voix haute, Anne-Sophie m’a tout de suite contre-dit : « Non, tout se joue à la French Cup! »
Dans un sens, c’était vrai. Quand on voit le miracle de la Spring Cup la saison précédente, on ne pouvait qu’espérer y croire mais surtout, travailler fort pour que cela se reproduise.
Cependant, quelle est la probabilité pour que ce genre d’éventualité se réalise une deuxième fois? Vraiment infime. Nous devions terminer première équipe française à la French Cup et Zoulous se devait d’être à la troisième place ou moins. Au vu des événements, cela était pratiquement impossible…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s